Réduire, réduire (par Soshitsu Sen XV

Publié le par le bol vide


Dans la revue Hermitage (III, 2006) de Ion Codrescu, , ceci :


" It is an especially Japanese sensibility towards beauty to cut away and away, abbreviating to the point where nothing more can be removed and thereby creating a thing of great beauty. "

Soshitsu Sen XV° (p.63)


" C'est une sensibilité tout à fait japonaise vers / à la beauté que de réduire et de réduire encore, en abrégeant jusqu'au point où on ne peut plus rien retrancher, créant ainsi une chose de grande beauté "

  Cela me fait aussi penser à l'essai d'Éric Amann qui s'intitule "The wordless Poem" (éditions Gammes, 2006)



° Soshitsu Sen XV : Tea Life, Tea Mind. Tokyo & New York : Weatherhill, 1994.
° Soshitsu Sen XV : Chanoyu, The Urasenke Tradition of Tea. Tokyo & New York : Weatherhill, 1988.

Publié dans autour du bol

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

anna 22/05/2009 11:53

je pense Daniel , qu'il soit normal d'arriver à cette évidence, qui n'est d'ailleurs pas une conclusion en soit... puisque de toute manière il n'existe aucune conclusion ... mais un passage obligatoire vers une toute petite compréhension ....

Kandinsky ... un peintre sans équivoque ... je comprends que tu aies été séduit par son travail ... et par ses couleurs ... merci de nous faire part de cette expo ... même si Paris, reste loin pour nous provinciaux ... peut-être que ... et puis ...!!

à très bientôt

anna

py+daniel 21/05/2009 20:47

oui, anna, ta dernière remarque me fait penser à Kandinsky, à sa démarche vers la sobriété, et à sa science de la composition où tous les éléments - même les plus disparates, disposés comme ils le sont, créent une harmonie époustouflante... Expo à voir au Centre Pompidou, à Paris, jusqu'au 10 août 2009. À ne pas manquer (nous y avons passé 4 heures et demie !)

anna 21/05/2009 09:23

comment dire encore et encore cette réalité ... vraiment très bon Daniel ce passage ...
je découvre le tao de la physique cantique ... des tas et des tas de portes s'ouvrent ... vers ce point évident de réduction et de l'essentiel ... à se demander comment on a pu passer devant une telle évidence depuis si longtemps...

faudra que je te le prête ...

un seul point dans l'espace, s'il est là où il doit être, n'a besoin de rien d'autre que de sa force pour être remarqué ...

merci et à bientôt

anna