de Christophe Cérès

Publié le par le bol vide

Carnets tibétains
de Christophe Cérès
éd. Voix d'encre, 2009

XIV

- Être nu, c'est être sans parole

(...)

La lumière, il te faudra l'oublier.

Ni parfum, ni étoile, ni dieu, ni bête. Tu dois être nu comme l'écho.

Tu seras l'oeil de l'aveugle, l'oreille du sourd.

Le poète ne voit pas, le poète n'entend pas. Il ne dit rien et c'est un grand silence quand au matin, la rosée semble du plomb sur ta nuque.

Publié dans autour du bol

Commenter cet article