le haïku s'embourgeoise

Publié le par le bol vide

Les libraires ne les veulent qu'au compte-gouttes, les éditeurs ne savent pas les reconnaître et les auteurs renâclent à les comprendre ... le haïku oscille entre mauvais jeux de mots... compositions stériles sans âmes  et paraphrases bourgeoises... on s'ennuie à les lire... il ne se passe rien dans ce "prêt à écrire et à penser" exotique... D'aucuns trouvent une formule bon marché et l'appliquent à toutes les sauces... d'autres cherchent dans leur vocabulaire ce qui pourrait  le mieux se vendre... les éditeurs spéculent et forcent l'écriture en courtisant l'égo de leur fonds de commerce... mais au fond tous ces efforts prouvent bien qu'il ne se passe plus rien  en matière d'écriture et que la qualité se dilue dans l'abondance...
 Emprisonné dans un conscensus petit  bourgeois, et sclérosé par une écriture bon marché, le haïku traverse une crise sans précédent... trop d'écrits le condamnent à une écriture  pauvrement comprimée... trop de gens se permettent de l'analyser sans  l'avoir même pensé..  sans  chercher  ses racines... là encore la médiocrité stimule l'abondance...
on nous fait croire que cela marche, que ça se vend , qu'il faut
donc produire... que le haïku est à la mode... mais à la mode de quoi ?
les recueils paraissent les uns après les autres...  sans intérêts... sans convictions..
 quelques uns pourtant, discrets
et trop rares, se distinguent  par leur dépouillement de l'intutile... Ils nous rappellent par leur qualité, que le haïku a besoin d'air... besoin de retrouver sa transparence d'écriture... son regard, sa force, sa fraîcheur, sa beauté,  sa laideur, sa spontanéité, son vide, son plein... ce qu'il est le seul d'ailleurs, à nous offrir si généreusement en quelques mots...



il nous faut retrouver la liberté et la force d'espèrer y arriver un jour...


anna



Publié dans ras le bol

Commenter cet article

py daniel 01/07/2009 23:57

oui, oui, anna, je te suis !
on rame pour trouver de la bonne soupe
c'est rare !
et ça n'est que trop souvent décliné sur le mode de jeux de société(s) bien pensants, consensuels, mièvres et mous !
Du vrai, du fort, du vivant, du n'a-pas-peur, de l'espace, de l'air, voilà ce dont nous avons besoin !
Allons-y, profitons des vacances pour nous ressourcer pleinement et nous regonfler !
à très bientôt !
dan