Oreille rouge / d'Éric Chevillard

Publié le par le bol vide


De la bonne littérature française contemporaine, pour changer de la soupe médiatisée habituelle :
Oreille rouge, d'Éric Chevillard, éd. de Minuit, 2005
ce simple  extrait (p.102/3) :

" Un écureuil a traversé la route de droite à gauche devant la voiture. On s'arrête. Le chauffeur descend, cueille un peu d'herbe sèche sur le bas-côté, qu'il glisse sous les roues : voici comme on contrecarre le mauvais présage de l'écureuil. Repartons. Puis nous sommes à peine entrés dans Bamako qu'un policier nous dresse un procès-verbal pour dépassement de la date limite du contrôle technique. Oreille rouge règle l'amende.
   Il songe avec épouvante que, sans la poignée de paille, le flic aurait tiré à vue.
(...)
   Au retour encore, le chauffeur fait halte souvent pour cueillir dans les arbres des feuilles aux vertus actives contre l'hypertension, le diabète, l'insomnie, les maux de ventre et les pertes blanches, paraît-il, dont il remplit son coffre.
   Est-il bien prudent de laisser le volant à ce grand malade ? se demande Oreille rouge. "


: Vous avez là tout le style Éric Chevillard ! On ne s'y ennuie pas souvent ! N'hésitez surtout pas !

daniel



Publié dans autour du bol

Commenter cet article