de Anatole

Publié le par le bol vide

 dans le hamac entre portique et pommier estampes devant la lune

Yeux clos dans la cabane le bout des pieds froid face au levant

Aux premiers chants d'oiseaux je dépose mon corps las

Anatole

Publié dans haïku

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article