de anna/19

Publié le par le bol vide

fin de saison

muette

la forêt se retient

 

anna

24 / 11/ 10

 

 

 

devant mes pas

ses pas roulent

les pierres du chemin

 

 

paroie de glace

son regard

ouvre la voie

 

anna

1/10/10




"le Tao de la physique"

 

Vivant entièrement au présent, et prêtant toute l'attention aux affaires quotidiennes , celui qui a atteint le satori expérimente le prodige  et le mystère de la vie dans chaque acte .

 

combien étonnant ceci, combien mystérieux !

je porte du bois, je puise de l'eau .

 

La perfection du Zen est ainsi de vivre sa propre vie quotidienne naturellement et spontanément. Lorsqu'il fut demandé à Po-Chang de définir le Zen, il dit : Quand j'ai faim, je mange; quand je suis fatigué, je dors. Bien que cela paraisse simple et évident, comme si souvent dans le Zen, c'est en fait une tâche tout à fait ardue. Retrouver la simplicité de notre nature originelle exige un long entraînement et constitue une réalisation spirituelle :

 

Avant d'étudier le Zen, les montagnes sont des montagnes et les rivières des rivières; pendant que vous étudiez le Zen les montagnes ne sont plus des montagnes; ni les rivières des  rivières; mais dès que vous avez atteint l'éveil, les montagnes sont à nouveau des montagnes et les rivières des rivières.

 

 

"le Tao de la physique "

Fritjof Capra

p124-125


 

 

Commenter cet article