de Luc / 36

Publié le par le bol vide

le poil du renard

caressé par la lune

même en pleine course

 

 

ondulant grave

sur l'aire du tai chi chuan

un ver de terre

 

 

pour qui se prend-t-il

le pinson à la fenêtre

frappant son reflet ?

 

 

tilleul cerisier

me voilà goûteur d'ombres

pour une sieste fraîche

 

Luc

 

 

 

 

 

Publié dans haïku

Commenter cet article