de Luc Bordes / 16

Publié le par le bol vide

 

 mon amie Colette

ton cercueil passe dans la nef

   je te dis à plus



   une vie longue ou brève

tes cendres parmi les buis

   ne peuvent le dire





   surplombant ta tombe

légères, elles tintinabulent

   les cloches à vent




 apprenant ta mort

les souvenirs vont et viennent

  la forêt vert tendre


 

LUC

 

Publié dans haïku

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article