Le Bonheur des petits poissons 3)

Publié le par le bol vide

de Simon Leys, LdP 31288 :

Un peintre chinois du XVIIè siècle avait pris l’habitude de détruire ses peintures au fur et à mesure de leur achèvement, car c’était l’expérience spirituelle de l’exécution qui l’intéressait, tandis que l’œuvre achevée n’en était que le résidu.

(p.68)

Publié dans le bol peint

Commenter cet article