lecture

Publié le par le bol vide

 

Traité zen et de l'entretien des motocyclettes

Robert M Pirzig

 

 

Le fil de ses pensées était si long et si embrouillé, si abstrait, qu'il lui fallait tout le silence et l'espace de la montagne pour arriver à le dérouler, comme si les édifices fragiles qu'il passait des heures à échafauder ne pouvaient résister à la moindre distraction, à la moindre sollicitation extérieure, sa façon de penser ne ressemblait pas à celles des autres. Elle se situait au niveau où tout bouge et change, où les valeurs et les vérités institutionnelles disparaissent, et où l'on ne peut pas continuer à progresser que grâce à sa propre intelligence. Son échec prématuré l'avait libéré de toute obligation vis-à-vis de la tradition et il avait acquis ainsi une indépendance que peu de gens connaissent. Il sentait que les écoles, et les Eglises, gouvernements, organisations politiques diverses ont tendance à orienter la pensée vers autre chose que la vérité - à l'utiliser pour se perpétuer eux-mêmes en tant qu'institutions, et pour mieux  contrôler les individus qui les servent. Il en vint à considérer son échec comme un accident heureux qui lui avait permis d'échapper au piège des vérités établies . Il lui avait fallu du temps, certes, pour comprendre ce processus, et réagir de cette manière.

 

p 133

 

ce n'est pas le téléphone en soi qui est effrayant, c'est la façon dont il détériore les relations entre les gens ...

p 167

 

 

Quand on ne pense pas au but de la course, chaque pas prend une valeur propre et devient un acte qui se suffit à lui-même

 

p 221

 

 

le passé n'existe que dans nos souvenirs, le futur n'existe que dans nos projets. le présent est notre seule réalité. L'arbre dont on prend intellectuellement conscience, à cause de ce laps de temps, est toujours situé dans le passé. Il est donc toujours irréel.

La réalité n'est que l'instant de la vision qui précède la conscience

 

Cette réalité préintellectuelle  n'est autre que la Qualité

La Qualité est la source et l'origine de tout sujet et de tout objet

 

Les intellectuels ont en général beaucoup de mal à comprendre ce que c'est que  la Qualité, c'est qu'ils se dépèchent de donner à toutes choses une forme intellectuelle. ceux qui y parviennent le mieux, ce sont les enfants, les gens le moins instruits et ceux qui n'ont pas du tout accès à la culture (mais qui n'en sont pas moins intelligents et créatifs). Par leur milieu même et leur culture, ils échappent à l'intellectualité et à la morosité, qui est une maladie intellectuelle

 

p 266- 267

 

Publié dans autour du bol

Commenter cet article