Litotes...L'art d'omettre - Flaubert / Stevenson / Leys

Publié le par le bol vide


du livre de Simon Leys :

Le Bonheur des petits poissons

LdP n° 31288, 2008

(p.23/4. Flaubert, à propos de Madame Bovary, disait :)

" Il y a bien des détails que je n'écris pas. Ainsi pour moi, M. Homais est

légèrement marqué de petite vérole. Dans le passage que j'écris immédiatement,

je vois tout un mobilier (y compris des taches sur les meubles) dont il ne sera

pas dit un mot..."

" Il ne suffit pas (poursuit S. Leys) à l'artiste d'avoir la vision de son

sujet. Pour restituer cette vision dans toute son intensité, il doit la suggérer

par la litote (" Il y a bien des détails que je n'écris pas ").

et Robert Louis Stevenson :

" Ah, mon Dieu ! il n'y a qu'un seul art : l'art d'omettre ! Oh, si seulement

j'avais le talent de couper, je n'ambitionnerais nul autre don. Un écrivain qui

saurait comment couper, pourrait transformer n'importe quelle gazette

quotidienne en une épopée homérique. "

Cette puissance expressive des " blancs " du récit est d'ailleurs confirmée

par les initiatives de la censure : c'est quand Madame Bovary disparaît pour

quelques heures avec son amant dans un fiacre dont on ne voit plus que les

stores hermétiquement clos, que les censeurs ont vraiment commencé à s'affoler

(...) Nul écrivain ne dispose d'une puissance verbale qui pourrait rivaliser avec

l'imagination de ses lecteurs ; aussi tout son art est-il de jouer sur ce

clavier-là. "

Simon Leys

Publié dans autour du bol

Commenter cet article