POÈMES DE MORT DES MOINES ZEN - BASSUI TOKUSHO

Publié le par le bol vide

selon Yoël Hoffmann

dans Japanese Death Poems

ed. Tuttle, 1986

(trad. d.py)

-

BASSUI TOKUSHO

(mort le 20ème jour du 2ème mois de 1837, à 61 ans)

Regarde droit devant toi. Qu’y a-t-il ?

Si tu le vois tel qu’il est

Jamais tu ne t’égareras.

  À l'âge d'environ 31 ans, Bassui entendit l’eau courir dans un ruisseau, et fut illuminé. Après cela il passa la plupart de ses jours dans une hutte des montagnes. Quand les gens entendirent parler du moine solitaire et se rassemblèrent pour écouter « la parole », il  s’enfuit. En dépit de son désir de solitude, Bassui ne tourna pas le dos aux gens simples, mais leur enseigna le zen en des mots qu’ils pouvaient comprendre. Il mettait souvent ses disciples en garde contre les dangers de l’alcool et leur défendait d’en boire « même une seule goutte ». En marge de son portrait il écrivit : « J’enseigne avec la voix du silence. »

(…)

°

Publié dans philosophie

Commenter cet article