POÈMES DE MORT DES MOINES ZEN - DOKYO ETAN

Publié le par le bol vide

°

 

DOKYO ETAN

(mort le 6ème jour du 10ème mois de 1721, à 80 ans.)

 

Ici, dans l’ombre de la mort, il est difficile

De dire le mot de la fin.

Je dirai alors, seulement ,

« sans le dire »

Rien de plus

Rien de plus

 

Dokyô, connu aussi sous le nom de Shoju Ronin, vécut la majeure partie de sa vie dans une cabane, et refusa de rejoindre les grands monastères. Il vit danS le « zazen » , la méditation zen, , l’essence de la voie du zen et traitait durement les croyants qui venaient pour l’écouter la soi-disant doctrine zen. À l’occasion, il tirait même son épée contre eux pour les éconduire, fidèle, peut-être, à son origine samouraï . On dit qu’il repoussa le maître zen Hakuin de l’estrade quand celui-ci se leva pour parler, en suite de quoi Hakuin s’évanouit, sous la force du coup. Pendant aussi longtemps que Hakuin resta avec lui, Dokyo ne lui montra aucune préférence et le fit mendier de porte à porte pour sa portion de riz, comme les autres moines.

   Dokyo écrivit ses derniers mots assis dans la position zazen. Puis il posa son pinceau, se chantonna « un chant ancien », rit soudain fort, et mourut.

 

°

Publié dans philosophie

Commenter cet article