de anna / 6 / disparaître

Publié le par le bol vide

ce qui est lourd
n'a pas de poids...

ce qui est plein
n'a pas de volume

tout n'est que vide...

anna



c'est le matin que j'aime le plus écrire et la nuit que je préfère peindre... entre les deux, me reste le temps pour trouver ma pitance... 

deux petites, toutes petites fenêtres orientées sud, sud -est, m'apportent généreusement le soleil matinal... Je les ouvre et respire l'odeur âcre de la ville... je me mets face à l'astre chaud et  me réchauffe à sa plénitude... les rayons inquisiteurs rentrent  droits dans la pièce, et définissent la moindre poussière en suspend , et dieu sait qu'il y en a dans les vieux mûrs de ce logement... je vois les piles de livres entassés, mes pinceaux encore en vrac sur la table... le café d'hier... je vois le fouillis dans lequel je vis...

je n'arrive pas à m'organiser...

je repense si souvent à ma vie d'avant, que j'en oublie de vieillir et reste toujours, un fragment de vie de 45 kg, à peine plus haute qu'un échassier...

lorsque je me regarde dans une glace... je ne sais plus ce que je dois voir et ne pas voir... les cheveux coupés à l'arrache, des rides qui se creusent un peu plus à chaque interrogation, des yeux qui percent l'image... ou tout simplement un être en devenir avant de disparaître...


je vieillis
mon corps s'abandonne
et les oiseaux migrent encore une fois



anna




Publié dans haïbun

Commenter cet article

anna 18/02/2009 19:05

je te remercie Gérard ... dans ton commentaire le terme "chercheur de vide" ... m'a fait totalement déraper... c'est excellent !!! anna

Gérard Dumon 18/02/2009 14:38

Anna, simplement pour te dire que ce texte est super, j'y vois peut-être aussi cette lucidité nonchalante propre aux chercheurs... de vide
amitiés