de Véronique...

Publié le par le bol vide

ce petit clin d'oeil qui vient de cette femme que j'ai appris à connaître à petits pas, parce que les grands n'étaient pas nécessaires, ni pour elle, ni pour moi...

à cette femme, qui regarde les choses avec une telle simplicité que cela me déconcerte... à cette femme, que j'ai vue filer la laine avec une telle adresse que j'en suis restée sans voix... Elle, riche en beauté, et en modestie, elle, dont le compagnon est poète, oublie un peu trop que la poésie l'habite sans condition.

Nous partageons la même sensibilité pour les haïku avec le même détachement, le même regard dénué d'intérêt,  avec la même envie d'écrire , de penser, d'essayer et de découvrir la magie des mots, la force des sliences, sans contrainte.

 

du cèdre qu'elle a vu penché, s'inclinant lentement vers son destin,  à son épicéa gardant son poulailler,  elle a réuni quelques mots, pour rapprocher deux arbres éloignés l'un de l'autre, dans une proximité colorée et parfumée de résine......

 

 

anna

 

 

 

le frêle épicéa du poulailler

cousin lointain

du cèdre penché

 

Véronique

Publié dans haïbun

Commenter cet article