de JMG Le Clézio /3

Publié le par le bol vide

" L'esprit de compétition est probablement ce qui a le plus entravé la marche de la pensée occidentale. Pourquoi vouloir faire mieux ? À la limite, ne serait-ce pas tout aussi intéressant de vouloir faire pire ? Pourquoi ce respect de la nouveauté, pourquoi ce goût d'ajouter sa bûche au foyer ? S'il y a eu une vérité première dans le monde, il y a longtemps qu'elle doit être enfouie sous l'agglomération de détritus, rebuts, ordures, laissés pour compte, résidus, scories, exégèses, commentaires, fatras, mots, mots. On a fait tant et si bien qu'aujourd'hui le travail n'est plus de comprendre, ou d'apprendre, mais de se dépouiller, de renoncer, de démêler.
(...)
Comme si la vérité était le résultat d'une addition ! Combien de générations de philosophes, de mathématiciens, de littérateurs, de poètes, de théologiens il va nous falloir tuer ! Combien de systèmes et de raisons faudra-t-il immoler pour comprendre seulement ce problème :

Un petit garçon jette des cailloux, à la plage, sur le manche en fer d'un parasol. De temps en temps, il vise juste, et un caillou frappe le métal en résonnant. Quand le jeu sera terminé, pourra-t-on considérer qu'il y avait un rythme dans le jet des cailloux ? Qu'un caillou sur douze, par exemple, devait toucher la cible ? Ou bien faut-il seulement dire : " C'était. Puis c'est fini " ? "


JMG Le Clézio, in L'extase matérielle,  Gallimard, Folio essais n° 212, p. 153.

Publié dans autour du bol

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article